methode

La médiation animale

Rassemble tous les moyens nécessaires pour aider la personne à atteindre les objectifs fixés :

  • Un cadre sécurisant, contenant et structurant
  • L’écoute active
  • La rencontre « accompagnée »
  • Le « prendre soin de »
  • La dimension du plaisir partagé
  • La notion de bien-être
  • La valorisation
  • La mise en place d’objectifs individuels
  • Un travail ludique pour une adhésion du patient
  • Pour la construction du projet de médiation, il faut pouvoir poser un diagnostic de départ (situation de la personne, problématiques, environnement, etc.), avoir des objectifs d’apprentissage ou d’évolution, avoir des supports pédagogiques avec des objectifs réalisables. Ces objectifs sont fixés en fonction des apports spécifiques de l’animal, en adéquation avec les besoins identifiés chez les personnes suivies. Ainsi, différents animaux peuvent intervenir selon les besoins des séances.

    Besoins du public

    La prise en charge par la médiation animale doit permettre à la personne de développer ses compétences, d’être et d’agir.
    Les troubles peuvent être de l’ordre :

  • De l’estime de soi
  • Des interactions sociales
  • Des angoisses, phobies
  • De la mémoire
  • Des troubles des apprentissages
  • Du schéma corporel
  • De la motricité globale
  • De la motricité fine
  • Du comportement
  • De la concentration et de l’attention
  • De l’identité
  • De la communication et du langage
  • Notre projet s’inscrit dans la dynamique de la triangulation soit du « faire ensemble » toujours en lien avec l’animal médiateur. La médiation animale et ses bienfaits

    Définition

    La médiation animale est une intervention qui s’exerce professionnellement sous forme individuelle ou de groupe, à l’aide d’un animal familier consciencieusement sélectionné et éduqué, introduit par un intervenant qualifié auprès d’une personne, en vue de susciter des réactions visant à maintenir ou améliorer son potentiel cognitif, physique, psychologique ou social. La médiation animale englobe trois approches :

    Thérapie par la médiation d'un animal

    Lorsque que l’on parle de thérapie, on est en présence d’un intervenant en médiation animale ayant déjà un métier de base en tant que thérapeute, qui apporte donc un soin. Le mot « thérapie » en français conserve trop souvent pour la plupart des gens, un sens restreint concernant le traitement des maladies afin de guérir et retrouver la santé. Toutefois, l’approche de l’OMS rappelle dans son préambule que « la santé n’est pas l’absence de maladie ou d’infirmité, mais un état de complet bien-être physique, mental et social ».

    Activité éducative par la médiation d'un animal

    Il s’agit d’une relation éducative par la médiation d’un animal. On retrouve les mêmes bases que dans la thérapie : un programme personnalisé pour le bénéficiaire, des objectifs très précis, un suivi et des évaluations basées sur des échelles, des rapports et le lien entre les différents intervenants qui sont en charge de la personne. Cette activité éducative est mise en place par des éducateurs spécialisés, des moniteurs éducateurs, des assistantes sociales, qui ne peuvent pas prétendre être des thérapeutes mais qui peuvent travailler en lien avec les thérapeutes et sur les mêmes bénéficiaires. Bien entendu, ces professionnels doivent avoir suivi une formation en médiation animale

    Animation assistée par la médiation d'un animal

    Comme son nom l’indique, nous sommes ici en animation professionnelle qui n’est pas une animation occupationnelle, telle le simple chien visiteur. Le travail professionnel d’animation assistée par médiation animale a des objectifs thérapeutiques c’est pourquoi la mise en place et les objectifs de ces animations par médiation animale doivent être posés avec le corps médical, avec le ou la psychologue, avec l’infirmière… On trouve notamment ces animations assistées par médiation animale dans des EHPAD, des établissements de longue durée, des hôpitaux en gérontologie… Là aussi, il est important que chaque patient ait son programme personnalisé. Cela doit être complété par des échelles d’évaluation, faire des suivis, des rapports et des réunions de synthèse qui sont discutés avec tous les professionnels qui sont en lien avec les patients. On retrouve principalement les animateurs, animatrices. Là encore, ces professionnels doivent avoir suivi une formation sérieuse en médiation animale.

    La Médiation Animale est triangulaire

    Cette figure triadique se schématise comme suit :

    Bienfaits

    Les bienfaits de la médiation animale touchent une population très variée. En effet, ils sont adaptés à chaque âge, handicap, pathologie. Ceux-ci sont nombreux :

  • L’animal a des effets anti-anxiogènes. Il est source d’apaisement, de détente, de tranquillité.
  • L’animal favorise l’estime de soi et la valorisation. S’occuper d’un animal favorise le sentiment d’utilité. Il responsabilise la personne qui se sent plus autonome. Prendre soin de l’autre permet de prendre confiance en soi et d’affirmer sa personnalité.
  • L’animal est source et objet d’affection. Une réelle relation se crée entre l’homme et l’animal. Il apporte du plaisir et un bien être psychique. Il maintien, les relations affectives en réinstallant le sentiment d’amour. On peut y projeter ses sentiments. Il permet de donner et de recevoir de l’affection.
  • L’animal est intellectuellement dynamisant. S’occuper d’un animal permet d’effectuer un travail de mémoire, il mobilise les capacités intellectuelles.
  • L’animal permet un travail ludique. L’animal est divertissant, il apporte du plaisir
  • L’animal est source de communication, facilite les contacts sociaux. La présence de l’animal évite le repli sur soi , ouvre au monde extérieur et sert de base à la communication. La communication peut être verbale dans la relation qui est mise en place entre paires qui prennent soin de l’animal ou non verbale entre l’humain et l’animal
  • L’animal permet de travailler la psychomotricité. La motricité fine : il faut en prendre soin, le nourrir, le brosser, mettre son collier. Les activités motrices : marche, équilibre, coordination
  • L’animal est vecteur d’activités intérieures et extérieures
  • L’animal ne juge pas ; avec lui, on peut se tromper. Toucher, ressentir, communiquer, stimuler, apaiser, rompre l’isolement grâce au contact des animaux. Ce sont des bénéfices reconnus comme favorables à l’épanouissement de tout être humain, et donc de manière démultipliée pour les personnes fragilisées.